Falaise du bord de Seine

Histoire de changer un peu et de ne pas aller à Bleau, cette fois c’est direction les falaises du bord de Seine c’est décidé après concertation avec les deux compagnons, c’est bord de Seine ! Les préparatifs sont simples, nous prendrons deux tentes, le topo, un hélicoptère téléguidé, un jeu de Mölkky, une corde des dégaines, des baudriers et un bob rouge.

Après une sortie difficile de Paris, pas aidé par un pilote à la conduite provinciale, nous nous retrouvons après quelques hésitations sur l’itinéraire de Louviers 

Nous trouvons rapidement les petites falaises et nous commençons immédiatement à grimper, du facile pour commencer ensuite du moyen facile et nous décidons ensuite d’aller explorer un autre secteur, qui présente un profil un  peu plus agressif. Ce secteur c’est celui de la bisexto.

Arrivée sur le secteur BisextoL’arrivée au secteur est majestueuse car nous arrivons par le haut de la falaise ce qui nous offre un panorama sur la Seine.

Ensuite nous grimpons des voies dans différents niveaux jamais trop dures mais pas vraiment facile non plus.

Free notre compagnons d’aventure enchaîne toutes les voies avec facilités sans vraiment buter sur les difficultés, il va grimper comme ça pendant tout le séjour et ce malgré les soirées festives.

Le soir nous allons chez des amis, nous bénéficions du bon accueil celui qui fait du bien, celui qui réchauffe. Le champagne, le bon pain et les bons fromages sont aux rendez vous et la soirée se termine gentiment et nous allons tous nous coucher avec le sourire. Mes deux compagnons trouvent une place dans le jardin et moi je squatte la chambre des enfants. Emmitouflé dans mon sac de couchage prévu pour -31°C je me permets le luxe de dormir la fenêtre ouverte, quelle folie !

La matin nos logeurs sont déjà partis pour leur journée de travail. Nous prenons le petit déjeuner accompagné par le bruit des travaux dans la salle de bain, une dizaine de cafés plus tard nous prenons notre envol pour aller chercher une nouvelle bouteille de champagne et ensuite nous allons grimper dans un autre secteur, la spéléo tout un programme.

L’endroit est situé à une centaine de mètres de la bisexto, mais encore une fois trouver un chemin balisé nous pose quelques soucis, très franchement c’est bizarre…

A nouveau l’endroit est très beau l’arrivée se fait par une pente raide et cela débouche ensuite sur une sente qui longe la paroi de craie. C’est vrai que ce lieu est unique, tous ces silex prisonnier de cette espèce de craie durcie. Enfin ce qui est agréable c’est que cela ne fait pas mal aux mains.

Nous passons la séance accompagné d’un bouc qui visiblement incommode pas son odeur mes compagnons. Très franchement ce bouc est très envahissant et à la recherche de ce que nos sacs pourraient contenir comme nourriture, mais il se trompe, nous n’avons pas grand chose et ne partageons pas facilement nous bouffe.

Enfin nous nommerons tout de même notre camarades par un joli prénom hector, plus apparenté à celui d’un domestique qu’a celui d’un bouc.
2013-08-15 16.15.51

Suite à cette belle après midi nous passons la soirée à disserter et le champagne et les petits rhums nous mettent du vent dans nos voiles.

Le lendemain c’est journée repos, entendez par la pas d’escalade, pour ma part je me suis engagé à faire une sortie course à pied (entrainement Paris Versailles oblige…) et je vais découvrir les sous bois et pentes des environs de villiers sur arthies. Le coin est splendide la température élevée et le rythme tenable. Je ferais un bon 12Km quand mes deux coureurs chevronnés eux feront pratiquement 20Km. Mon objectif était de ne pas les ralentir et cela à visiblement été le cas… Free notre compagnons d’aventure nous suit mais en vélo, pas de basket, pas de course à pied. Lui aussi semble content de cette promenade.

Arrivée à la maison nous improvisons un parcours pour l’hélicoptère téléguidé, et chacun son tour nous pilotons.

Tous nous progressons et ce malgré les collisions dans les arbres le accrochages dans les feuilles des bouleaux et une grosse frayeur quand l’hélic est emporté par un vent fort au dessus du toit de la maison…

Histoire d’alterner les plaisirs nous faisons quelques parties de Mölkky le niveau est élevé et quand ce sport sera aux jeux olympiques nous serons peu être prêt.

Les heures filent et nous finissons par aller à notre rendez vous car aujourd’hui c’est canoë, c’est officiel nous allons faire un petit tour sur l’Ept, à les journées de repos…

Après le briefing, qui nous donne tous les détails car il y’a des intersections et pour finir une remontée de courant, nous allons découvrir quelque chose !

Le départ s’effectue sans embûche et arrivé  au premier petit rapide nous finissons dans un arbre. Je me savais grand pilote de canoë mais je ne pensais pas capable de décapiter mon compagnon d’infortune. Enfin je ne sais pas comment nous avons fait mais nous sommes passé à travers l’arbre et les branches ont visiblement dues s’écarter à notre passage, étrange…

Nous finissons notre parcours , il y’a un groupe juste derrière nous qui devrait arriver mais visiblement eux au briefing ils ont loupé des trucs… Nous irons les chercher à plus d’un kilomètre du point de rendez vous, ils sont mouillés, ils commencent à avoir froid et le père de famille qui portait un chapeau d’Indiana Jones et une moustache à visiblement perdu l’un des deux pendant le trajet, devinez où !

Arrivé à la maison après notre mission de grand secours nous rigolons bien et commençons à descendre quelques bouteilles, mais toujours dans le plus grand respect de nos corps car demain c’est escalade la journée ou mes deux compagnons veulent tout péter !

Le lendemain après un petit déjeuné pris en un temps record, quelques heures, quelques séance de pilotage et quelques parties du jeu de quilles plus tard nous allons grimper.

Nous enchaînerons quelques voies et nous ferons des trucs qui pour moi sont biens durs. Je prends quelques vols sur un truc impossible que Free enchaînera sans difficulté apparente. La journée prends fin et nous rentrons avec des bras en compote de fraises avec une certitude, nous reviendrons !

Le soir nous retrouvons nos logeurs et la c’est la dernière soirée après les apéros (merci Ricard) et quelques verres de vin je me retrouve à neuf sur dix, beau score. Je commencerais ma nuit dans mon sac de couchage transformé en bateau sans skipper abandonné dans les quarantièmes rugissants. Je saurais plus tard que mon compagnon de table vidait ses verres dans les miens…

Le lendemain c’est le moment de partir, à regret nous aurions tous aimé continuer à vivre ces moments de bohème quelques jours de plus.

2013-08-17 17.48.13

2013-08-15 19.42.51 2013-08-17 17.48.05 2013-08-17 20.59.14