2048 – Boualem Sansals

Nous sommes quelque part, il fait chaud et une ambiance de religion et de contrôle règne dans l’air. Passé d’un air pur à celui de la ville nous allons découvrir progressivement l’éveil et la regard critique se développer chez notre narrateur.

Ce livre est sympathique sans être saisissant. Une dictature religieuse semble complétement utopiste. Avec les quelques semaines de recul, ce live me permet de comprendre sans doute un peu mieux comment se déroule la vie dans les pays et villes ou les décisions les plus simples sont prises après de le consentement des autorités religieuse.

Comprendre que tout le monde contrôle tout le monde par des dénonciations, par la mise en place de faveur échangé en fonction de paramètres arbitraires.

L’atmosphère du livre est aussi sur ce point une peu étonnante, on voit des drames et tout cela ne touche pas, la dictature religieuse insensibilise et détache, c’est ce qui est décrit et c’est frappant, l’indifférence et le dénis.