Journal – Anne Frank

Pas simple de commencer cet article, tout ou presque est déjà écrit sur  ce livre.

Tout le monde connait ce livre, passage obligatoire pour de nombreux élèves, mais cela n’a pas été mon cas. J’ai pris ce livre entreposé depuis longtemps dans la bibliothèque de ma mère.

A la lecture des première pages j’ai trouvé cela un peu niai, et lorsque j’ai vraiment commencé à être dans le livre, j’ai compris pourquoi ce livre avait remporté un si grand succès.

La petite Anne Franck, sa soeur Margot et leur parent fuient dans l’annexe, local situé au dessus d’une entreprise appartenant au père d’Anne.

Cette annexe est un petit endroit ou deux familles et un dentiste vont y séjourner pendant de nombreux mois, pratiquement deux ans. Ce que je retiens est ce huis clos, cette phase ou tout le monde est capturé et ou il n’est plus possible de faire le moindre mouvent avoir la moindre respiration sans qu’il ou qu’elle soit remarqué. Ce qui est le plus singulier c’est cette énergie ce sens de l’espoir qui règne dans cet espace clos.

Anne Franck dispose d’un regard sur elle qui pour une jeune adolescente est surprenant de lucidité et d’objectivité.

Les conditions que traversent les personnages sont entre une frustration liée à l’enfermement et une joie de ne pas subir ce que la plupart des juifs de Hollande sont en train de subir.

Un point qui m’a interpellé est le volume de livre et de moments d’écriture que cette jeune Anne soutient. Ce volume est supérieur à celui d’un étudiant en médecine.

C’est une certitude la lecture permet d’étendre la portée du regard.