Semi marathon de Boulogne

Petit semi, ca faisait longtemps.
Je consulte mes petites notes et je me dis que me refaire un petit semi ça serait pas mal.
Le choix tombe sur le celui de Boulogne alors c’est partis.

Les semaines qui précédent la course je fais quelques sorties longues sans plus, pas de grosse séance de dur, rien que des trucs gentils. J’ai dans les mois qui ont passés enchaîné le triathlon de Larchant, le trail de Larchant et c’est déjà très bien comme cela.

Quelques jours avant l’épreuve il fait froid, enfin nous sommes au dessus des zéros degrés mais tout juste, donc quelque part c’est des bonnes conditions et d’un autre coté il fait froid, et moi le froid c’est pas mon truc.

La veille je vais chercher mon dossard, et galère un peu avec mon vélo et j’arrive frigorifié malgré la présence du soleil. Je me dis que demain cela va être pire, au secours…

Je prépare ma petite tenue, j’ai bien mangé mes pâtes complètes, j’ai bien bu et presque pas d’alcool, on va dire que tout va bien.

Le matin je me fais un gentil petit déjeuner avec du bon pain poilane et du thè au miel, que des bonnes choses.

Ensuite je me fais ma petit balade en scooter et je ne suis pas en avance, pas en retard, je trouve ma petite place à coté du départ dans une rue sombre et triste.

Je cherche la consigne en vain, je me change en mode incognito dans la rue et me voila prêt et pan j’entends le coup du départ, signalement que je ne suis pas en avance…

Je me dirige vers le départ en trottinant, cela commence à devenir une habitude. Les premiers mètres impossible de courir normalement, le monde est tel que nous sommes tous au ralenti. Je me rends compte que je suis loin derrière et que les donneurs d’allure que je devrais viser sont bien devant mais impossible de les rattraper, il y’a trop de monde. Je passe quand je peux en essayant de m’économiser. Je vais faire cela pendant pratiquement toute la course et quand je sens que je vais un peu trop vite je me replace au rythme des coureurs pour me reposer quelques secondes et je me ré-élance en avant. C’est très agréable. Les kilomètres s’enchaînent et il n’y pas de grande douleur ni de difficulté. Ce n’est que sur la fin ou je me sens rattrapé par mon asthme.

Au final la course au soleil de l’hiver c’est bien.
Courir en short t-shirt par quelques degrés c’est plus que bien !!!

Alors pour les temps ça donne cela:

Et pour le parcours: