Randonnée à Vélo sur les bords de l’Atlantique

Au détour d’un retour du marché dominical je croise A. qui propose une petite promenade à bicyclette sur les bords de la cote Atlantique.
Arrivé à la maison je communique la nouvelle à la famille, quelques phrases, quelques questions et une réponse, c’est partis nous en sommes.

Les quelques détails logistiques pliés nous sommes prêts.
Tout est parfaitement organisé, pas à la minute, mais presque.

__Jour 1 __
La veille nous sommes arrivés à Bransles, la voiture est chargée et prête à prendre le largue. Le petit déjeuner enfilé, un stock de bananes est identifié pour faire une partie du voyage avec nous, il n’arrivera pas à destination.
Nous débarquons à Le Porge, la météo n’est pas au mieux, la couverture est nuageuse et le soleil bien caché. Nous nous préparons et en route pour une grande promenade. Les premier kilomètres effectué nous constatons que le vent est bien présent, qu’il vient bien de la mer et qu’il est bien face à nous. L’ambiance est bonne sans être très bonne, quelques degrés de plus nous feraient du bien, mais pour le moment nous ferons sans. Les minutes passent et nous sommes toujours sur cette piste cyclable qui longe le bord de la route, et puis nous commençons à nous engager dans la forêt et les choses deviennent plus agréable. La végétation est composée de pins, de fougères et de mousses. Comme le fait remarquer Adèle nous pourrions être à Fontainebleau. La piste cyclable est toute recouverte de ce pollen jaune qui est propre aux pins, je verrais plus tard que ce pollen s’est mis partout pas uniquement sur les pistes cyclables…
En fin de journée pensons arriver sur le lieux de rendez-vous, et après quelques hésitations nous partons à travers une petite sente qui passe à travers la forêt, c’est un vrai plaisir que d’être la.
Le jour commence à décliner et enfin nous arrivons à destination, on retrouve toute la bande et nous allons diner.
Avec Adèle nous avons effectué une petit repérage afin de passer une nuit à la belle étoile dans les dunes.
Lors du repas une nouvel arrivage se présente, allez cinq participants de plus, voila nous sommes 19.

___Jour2___
La nuit a été bonne les petites bruines n’ont pas eues raison de notre motivation et c’est sous une ciel bas que nous nous réveillons. On se dirige pour aller prendre notre gros petit déjeuner et nous avons le plaisir d’être dehors, il ne fait pas vraiment froid juste ce qu’il faut. Cécile donne quelques miettes à deux petits moineaux qui viennent sans timidité prendre les petits présents dans la main de ma douce. Ils ne sont vraiment pas sauvages… Nous embarquons tous et reprenons le chemin emprunté la veille tout ce petit monde chemine à travers les pins. Nous passons par quelques endroits ou on constate que la cimes des arbres est tranchées nets, sans doute un coup de vent un peu plus forts que les autres. Nous arrivons à Le Porge Ocean et nous nous arrêtons pour manger un morceau, comme souvent dans ces situations, la pluie vient à tomber, de fines gouttes viennent se poser un peu partout et font des coulures emplies de pollen, c’est très joli.
Nous continuons par de jolis petits chemins, il y a de plus en plus de monde, on se rapproche de la civilisation c’est sans appel, après quelques coups de pédales nous arrivons les sur les bords de mer. J’ai en tête le film « les petits mouchoir » qui s’est tourné à cet endroit. Lorsque la mer est haute tout semble normal, c’est lorsque la mer est basse que l’on voit qu’il se passe quelque chose d’étonnant, car tout est vide.
Le soir nous dinons dans ce petit restaurant la cabane 44 situé dans le port ostréicole, le repas est bon les produit sont frais c’est un vrai plaisir. Le retour à vélo est en mode petite lumière qui clignotent.
Cette nuit pas de ciel étoile, mais un grand lit partagé avec madame.

___Jour 3___
Après quelques minutes passées à attendre le retour des éclaireurs nous prenons le chemin d’Arcachon, nous avançons lentement, l’ambiance n’est pas bonne, tout le monde est d’une humeur maussade et la météo est elle aussi ce jour dans la partie des mauvais joueurs. Nous dérivons lentement vers le cap ferret. Les enfants sont passifs et attendent que le temps passe, les adultes de sexe féminin mangent des huitres en attendent que les effets se produisent. Nous attendons le bateau taxi qui doit nous conduire de l’autre côté c’est à dire à Arcachon. Le bateau est un modèle en aluminium sans aucun charme mais qui fonce et nous permet d’arriver le souffle long à Arcachon. De nouveaux sur nos montures, la traversée d’Arcachon se fait en slalomant entre les touristes, les locaux, et les voitures. Les dunes du Pyla, c’est notre objectif. En haut d’un côte l’idée est lancée, deux groupes les ados et les adultes, je passe directement dans le camp des ados, sans commentaire.
Nous arrivons sur le camping, propriété de M.Valbuena et nous allons visiter les dunes. C’est une sacrée découverte et je suis enthousiasmé par cet endroit. C’est vraiment beau, je regrette de ne pas avoir le temps d’observer tout cela avec des couleurs et des lumières différentes, mais c’est ainsi. J’ai un endroit maintenant ou je sais que j’aimerais revenir.

___Jour 4___
C’est le dernier jour et cela va être le plus long et le plus dur et de loin. Nous commençons de bon matin et nous partons sur Arcachon prendre le petit déjeuner. La photo de groupe faite le petit déjeuner avalé nous nous séparons et restons à deux familles. De coup de pédales en coup de pédales nous fonçons sur Le Porgne, quelques hésitations, un erreur, pas de problème mécanique, vraiment tous les voyants sont au vert, même le soleil est de la partie. Rapidement il y a les ados devant et les mamans derrière, à nouveau je choisi mon camp. C’est après plus de soixante dix kilomètres que nous arrivons à cette petite place de village ou le café nous attend. Nous nous récompenserons en partageant une petite kekette tous ensemble.